banner

Bienvenue sur notre site

Vous trouverez sur cette page les dernières actions qui rythment la vie du lycée. Régulièrement, renouvellement et mise à jour obligent, ces informations sont archivées. Vous pouvez les retrouver dans le menu de gauche (Vie au Lycée / Evènements - Sorties - Voyages). N'hésitez pas, allez y jeter un coup d'oeil, vous verrez le dynamisme dont font preuve toutes nos équipes!
Si malgré tout, vous avez encore des questions, des interrogations, contactez nous !


Calendrier annuel des semaines 1 et 2

 Télécharger le calendrier


Février


 20170311JPO2017


 

Les étudiants visitent Spartacus 3D et Setforge


 

20170213BtsCprpSetforgeSpartacus3D

Les élèves de BTS CPRP devant l’entreprise Spartacus 3D avec Michel Noël, leur professeur - Photo DR

Après avoir déjà visité SAB de Matour et Montmerle et Somab de Moulins, les étudiants de BTS CPRP (Conception des processus de réalisation de produits) se sont rendus jeudi chez Spartacus 3D et Setforge de La Clayette. Leur professeur Michel Noël a expliqué dans le cadre de leur formation, les élèves de première année doivent effectuer différentes visites d’entreprise pour les familiariser avec le monde de l’industrie, et en particulier de l’industrie mécanique.

Alexandra, étudiante, souligne : « On a pu découvrir le procédé de réalisation de pièces réalisées par fabrication additive, sorte d’imprimante 3D, avec une matière imprimée qui est du métal. Nous avons découvert aussi le procédé de forgeage de pièces mécaniques. » Louis Berthier, directeur délégué aux formations professionnels et technologiques du lycée Camille-Claudel, rappelle que ces « visites permettent de construire et développer des compétences dans un contexte industriel réel et conduisent à appréhender le fonctionnement de l’entreprise au travers de ses produits, ses marchés, ses équipements, son organisation du travail et ses ressources humaines ».


 20170210ForumOrientation


 

 TrotecErm20170212


 Janvier 2017


 

CarteVoeux2017web

 

 


Décembre 

 


FDCM affiche personnalisable A4 HD


Cézanne et moi de Danièle Thompson

 


Au cours du premier trimestre, tous les élèves de 2nde du lycée se sont rendus au cinéma Le Majestic pour assister à la projection du film de Danièle Thompson intitulé Cézanne et moi, voici la critique collective rédigée par les 2nde B.

Photo2ndeB600pix

 « J’aimerais peindre comme tu écris » et puis « va te faire foutre ! » : Voilà deux répliques qui illustrent parfaitement la forte et tumultueuse amitié entre Paul Cézanne et Émile Zola racontée dans le dernier film de Danièle Thompson. Le récit s’étend sur plusieurs décennies depuis leur enfance et leur rencontre au collège d’Aix-en-Provence jusqu’à la mort de Zola. Celui-ci devient un romancier reconnu tandis que le peintre, son ami Cézanne peine à vendre ses tableaux. Cette amitié faite de hauts et bas, de jalousie, d’amour et de retrouvailles se situe dans le Paris artistique et culturel de la Seconde moitié du XIXe siècle.

Le film présente, en arrière-plan, un aperçu soigné la vie artistique et culturelle de la seconde moitié du siècle, on aperçoit par exemple à plusieurs reprises des artistes de l’époque, comme l’écrivain Guy de Maupassant qui assiste à une lecture publique de Zola ou encore le peintre Édouard Manet, qui est souvent mis en concurrence avec Cézanne et qu’on peut voir se rendre à une exposition.

La réalisatrice raconte l’amitié des deux hommes grâce à de nombreux flash-back. Issus de deux milieux différents, l’un bourgeois, pour Cézanne et l’autre bien plus pauvre pour Zola (une scène le montre en train d’attraper des oiseaux dans la rue tellement la faim se fait sentir) les deux garçons deviendront malgré tout des amis inséparables. Le film met en valeur le caractère universel de cette amitié : au nom de celle-ci, Cézanne renonce à son amour pour Alexandrine, Zola étant amoureux d’elle. Zola part à Paris pour améliorer ses conditions de vie, pour mieux trouver l’inspiration, se faire connaître de tous, tandis que Cézanne reste en Provence. Malgré cette distance, les deux amis gardent contact, s’écrivent, se revoient, se disputent. Au cœur d’une des brouilles les plus graves se trouve L’Œuvre, le roman de Zola dans lequel il s’inspire de Cézanne pour créer un personnage de peintre raté. Dans une scène, Cézanne, très énervé, écrit à son ami pour le remercier ironiquement de lui avoir adressé son nouveau livre… Chez Danièle Thompson, Cézanne devient lui-même ce peintre car elle s’inspire d’un passage du récit de Zola : durant une nuit, après avoir tenté de peindre son épouse durant plusieurs heures, il lui déclare qu’elle est laide. Blessée, la jeune femme s’emporte contre son mari, lui reprochant son manque d’attention et d’amour envers elle. À la porte, Zola, venu en visite, écoute discrètement et repart sans s’être manifesté.

Le film est souvent juste dans la description de cette amitié mais il finit par donner une image bien dégradée de l’auteur des célèbres natures mortes. Il est décrit comme un homme n’ayant aucun centre d’intérêt autre que les plaisirs et la peinture, l’artiste est un peintre raté et humilié de tous. Zola a connu la gloire ce qui a fortement déplu à Cézanne, qui n’éprouve lui que de la jalousie envers le poète. Le peintre est souvent assimilé à quelqu’un de colérique, d’égoïste, d’orgueilleux et de violent. C’est bien le point de vue de l’écrivain qui a été privilégié au point que la peinture de Cézanne semble parfois absente. Le film s’achève quand le romancier meurt et que l’homme aux pinceaux remonte seul sur les flancs de la Sainte Victoire, il s’agissait bien de l’histoire de Cézanne et moi, Émile Zola.


Repas de Noël


"En raison du repas de Noël, les cours seront suspendus entre 12h et 14h le mardi 13 décembre afin de permettre aux élèves et aux personnels de prendre leur repas dans de bonnes conditions."

L'équipe de Direction. 


Calendrier des conseils de classe du premier trimestre.

ConseilClasseTrim1

 


 

Voyage scolaire à Montpellier avec les élèves de terminale STMG

43 élèves de terminale STMG du lycée Camille Claudel ont visité le département de l’Hérault, la semaine passée. À l’initiative de leurs professeurs Mmes Urban et Marivin, des activités variées les attendaient : visite de la centrale nucléaire de Cruas, découverte de la grotte de Clamouse à Saint-Jean-de-Fos, visite guidée de la ville de Montpellier, activité catamaran sur l’étang de Thau, visite du centre de tri postal à Mauguio et soirée bowling. Un séjour pédagogique qui avait pour but de leur faire appréhender le monde des organisations, mais aussi renforcer la cohésion du groupe. Objectifs atteints, puisque les élèves sont rentrés ravis et garderont un bon souvenir de ce séjour.

 TerminalesMontpellier


Novembre


Les secondes de l’option MPS découvrent le centre de secours

Dans le cadre de l'enseignement d'exploration Méthodes et Pratiques Scientifiques, les élèves de 2nde on travaillé sur le thème de la "gestion des risques d'origine humaine".

Quoi de mieux pour illustrer ce thème que de partir à la découverte d'une profession qui est bien sûr dédiée au combat contre le feu mais aussi à la protection des personnes, des biens et de l'environnement.

C'est donc au centre de secours de Digoin que les élèves ont pu bénéficier d'un accueil priviligié ce Lundi.

 

PinceDesincarceration

Que se soit la tenue de feu avec son "appareil respiratoire isolant", les ambulances pour le secours à personne (qui occupe 80% des interventions) ou le véhicule de désincarcération (de la pince à désincarcérer à son puissant système d'éclairage, tout à été présenté de manière très concrête.

Se glisser dans le casque, sous-peser le materiel et même s'essayer à la fameuse "planche", ont permis à tous de mieux comprendre ce métier exigent au service de la population.

ThibaultTenueFeu

Mieux comprendre surtout qu’un centre de secours, c'est du materiel bien sûr, mais ce sont aussi des hommes ou des femmes, professionnels ou volontaires.

De quoi susciter des vocations peut-être, mais aussi l'occasion simplement de rappeler des règles simples en cas d'accident ou d'incendie.

T. Damien

 


Octobre

 


Conférence sur les dangers d'internet

Vous êtes invités, Mesdames et Messieurs les Parents d'élèves, Mesdames et Messieurs les personnels de la Cité Scolaire à participer à la Conférence sur les dangers d'internet animée par la Gendarmerie,
Jeudi 13 octobre 2016 à 18h00 en salle polyvalente.

Isabelle Gouleret
Proviseure de la Cité Scolaire


Septembre 201


 


AMMagJuinJuillet2016petit


SeptembreResultatsExamensCSD2016

 


 Maxime Descombin, Fleur d’eau, 1971
Sculpture en béton armé, 4 x 4 x 1,5 m

MaximeDescombinFleureau1971 MaximeDescombinFleureau

Maquette de l'œuvre Fleur d'eau,
1970, bois contreplaqué,
conservée au Musée des Ursulines de Mâcon

Crédit photographique :
S. Masson

Fleur d’eau est une œuvre de Maxime Descombin (1909-2003) conçu en 1971 pour le lycée Camille Claudel de Digoin. Cette sculpture en béton armé vibré et lavé représente une figure naturelle et organique dont la forme et la technique sont manifestes du travail de son créateur. Elle a été réalisé avec le concours des architectes Bourdon et Pallazzi dans le cadre de la procédure du 1 % artistique.
Conçu comme étant une figure s’élevant de l’eau, l’œuvre de Maxime Descombin aurait dû trôner au milieu d’un bassin ce qui aurait permis de renforcer l’effet de sérialité auquel se seraient ajoutées une sensation d’émergence est une impression d’expansion. Malheureusement, le bassin a été remblayé avant d’être mise en service ce qui, selon l’artiste, aurait en partie privée l’œuvre de toute sa dimension. Néanmoins, on peut tout de même ressentir le rythme de cette œuvre au moyen d’une variation d’un même élément répété sept fois.

Fleur d’eau est une sculpture sérielle, caractéristiques du travail de Maxime Descombin, c'est-à-dire qu'une forme simple y est multipliée plusieurs fois pour créer une forme originale finale. Il s'agit d'un assemblage de sept éléments identiques, disposés sur trois étages selon un plan cruciforme, dont l'ensemble est supporté par deux longrines1 rectangulaires posées sur un plateau en bois.

L'œuvre étant en béton armé vibré, l'artiste a réalisé une prouesse technique en lui donnant un aspect de légèreté et de finesse malgré l'utilisation d'un matériau lourd et résistant. Lavée suite à son décoffrage, la sculpture a mis à nu ses imperfections, rendant visibles les éléments la constituant tels que les graviers, ce qui lui confère un aspect minéral qui contraste avec son apparente fluidité.

 

Fleur d'eau a été conçue dans le cadre du 1% artistique. Cette procédure mise en place par l'Etat vise à favoriser l'ouverture culturelle au sein des établissements scolaires. Lors de la construction ou la rénovation d'un bâtiment scolaire, 1% de la totalité du coût des travaux doit être consacré à l'accueil d'une œuvre d'art. Cette dernière est choisie par l'établissement, en accord avec le rectorat réfèrent, suite à la mise en place d'un appel à projets.

Fleur d'eau a été réalisée à l'occasion de la rénovation du Lycée Camille Claudel dans les années 1970. Elle n'est pas la seule œuvre présente au sein de la Cité Scolaire de Digoin. En effet, le collège Roger Semet possède également sa sculpture, Barque du Temps, réalisée par Ivan Avoscan en 1984.

1 élément de structure ayant la forme d'une poutre et orientée horizontalement, supportant des forces mécaniques importantes.