banner

Bienvenue sur notre site

Vous trouverez sur cette page les dernières actions qui rythment la vie du lycée. Régulièrement, renouvellement et mise à jour obligent, ces informations sont archivées. Vous pouvez les retrouver dans le menu de gauche (Vie au Lycée / Evènements - Sorties - Voyages). N'hésitez pas, allez y jeter un coup d'oeil, vous verrez le dynamisme dont font preuve toutes nos équipes!

Si malgré tout, vous avez encore des questions, des interrogations, contactez nous !


Septembre 2016


AMMagJuinJuillet2016petit


SeptembreResultatsExamensCSD2016

 


 Maxime Descombin, Fleur d’eau, 1971
Sculpture en béton armé, 4 x 4 x 1,5 m

MaximeDescombinFleureau1971 MaximeDescombinFleureau

Maquette de l'œuvre Fleur d'eau,
1970, bois contreplaqué,
conservée au Musée des Ursulines de Mâcon

Crédit photographique :
S. Masson

Fleur d’eau est une œuvre de Maxime Descombin (1909-2003) conçu en 1971 pour le lycée Camille Claudel de Digoin. Cette sculpture en béton armé vibré et lavé représente une figure naturelle et organique dont la forme et la technique sont manifestes du travail de son créateur. Elle a été réalisé avec le concours des architectes Bourdon et Pallazzi dans le cadre de la procédure du 1 % artistique.
Conçu comme étant une figure s’élevant de l’eau, l’œuvre de Maxime Descombin aurait dû trôner au milieu d’un bassin ce qui aurait permis de renforcer l’effet de sérialité auquel se seraient ajoutées une sensation d’émergence est une impression d’expansion. Malheureusement, le bassin a été remblayé avant d’être mise en service ce qui, selon l’artiste, aurait en partie privée l’œuvre de toute sa dimension. Néanmoins, on peut tout de même ressentir le rythme de cette œuvre au moyen d’une variation d’un même élément répété sept fois.

Fleur d’eau est une sculpture sérielle, caractéristiques du travail de Maxime Descombin, c'est-à-dire qu'une forme simple y est multipliée plusieurs fois pour créer une forme originale finale. Il s'agit d'un assemblage de sept éléments identiques, disposés sur trois étages selon un plan cruciforme, dont l'ensemble est supporté par deux longrines1 rectangulaires posées sur un plateau en bois.

L'œuvre étant en béton armé vibré, l'artiste a réalisé une prouesse technique en lui donnant un aspect de légèreté et de finesse malgré l'utilisation d'un matériau lourd et résistant. Lavée suite à son décoffrage, la sculpture a mis à nu ses imperfections, rendant visibles les éléments la constituant tels que les graviers, ce qui lui confère un aspect minéral qui contraste avec son apparente fluidité.

 

Fleur d'eau a été conçue dans le cadre du 1% artistique. Cette procédure mise en place par l'Etat vise à favoriser l'ouverture culturelle au sein des établissements scolaires. Lors de la construction ou la rénovation d'un bâtiment scolaire, 1% de la totalité du coût des travaux doit être consacré à l'accueil d'une œuvre d'art. Cette dernière est choisie par l'établissement, en accord avec le rectorat réfèrent, suite à la mise en place d'un appel à projets.

Fleur d'eau a été réalisée à l'occasion de la rénovation du Lycée Camille Claudel dans les années 1970. Elle n'est pas la seule œuvre présente au sein de la Cité Scolaire de Digoin. En effet, le collège Roger Semet possède également sa sculpture, Barque du Temps, réalisée par Ivan Avoscan en 1984.

1 élément de structure ayant la forme d'une poutre et orientée horizontalement, supportant des forces mécaniques importantes.