banner

Camille Claudel

Aujourd'hui, le nom de Camille Claudel est le premier à être évoqué lorsque l'on aborde la question de l'existence des femmes dans le champ de la création.

 

Camille Claudel est née à Fère-en-Tardenois (Aisne) le 8 décembre 1864, de Louis-Prosper Claudel, fonctionnaire des impôts, et de Louise-Athanaïse Cerveaux, fille du médecin et nièce du prêtre du village. Après la disparition de Charles-Henri (né en août 1863)[1], le premier fils du couple, mort en bas âge, Camille devient l'ainée d'une famille qui comptera deux autres naissances.

Son enfance

Dès l'enfance, Camille est passionnée par la sculpture et s'initie sur de la glaise. Appuyée constamment par son père qui prend conseil auprès d'Alfred Boucher, Camille rencontre toutefois les réticences de sa mère concernant son choix d'une vie vouée à l'art.

Camille persuade sa famille d'emménager à Paris en 1882, à l'exception de son père retenu par ses obligations professionnelles, afin de perfectionner son art auprès des maîtres.

Elle suit, tout d'abord, des cours à l'Académie Colarossi. Par la suite, elle loue un atelier avec des étudiantes anglaises dont Jessie Lipscomb avec qui elle se liera d'une profonde amitié. Elle a d'abord étudié avec Alfred Boucher, puis, lorsque celui-ci gagne le Prix de Rome et s'installe à la Villa Médicis, avec Auguste Rodin dont elle devient une des collaboratrices, notamment auprès d'une œuvre monumentale telle que « la Porte de l'enfer ». Peu à peu leur relation mue, au point que d'apprentie elle devient sa maîtresse, alors qu'il vit avec Rose Beuret.

Sa rencontre avec Rodin

Elle sert aussi de modèle à Rodin, lui inspirant des œuvres comme la Danaïde, Fugit Amor… Tous deux vivront bientôt une passion stimulante mais orageuse dans laquelle s'entremêlera l'art des deux artistes, au point que l'art de Camille est considéré comme celui de Rodin. Mais, comme le notera Paul Claudel en parlant de sa sœur: « Ce n'est plus du Rodin ».

Ses dernières années

Délaissée par Rodin, vivant misérablement – faute des commandes d'État exigées par son admirateur enthousiaste Octave Mirbeau, qui proclama à trois reprises son « génie » dans la grande presse –, Camille Claudel s'enferme bientôt dans la solitude et sombre peu à peu dans la démence. Elle est âgée de 48 ans lorsque son père décède et que sa famille, ne supportant plus ses errements, décide de l'interner en 1913. Elle passera les 30 dernières années de sa vie à l'asile d'aliénés de Montdevergues, à Montfavet près d'Avignon, où elle fut très malheureuse, sans rien obtenir de ce qu'elle demandait, sans recevoir une seule visite de sa mère ni de sa sœur, mais seulement de son frère Paul qui venait la voir une fois par an. Elle meurt le 19 octobre 1943 d'un ictus[2]. Elle est inhumée quelques jours plus tard au cimetière de Montfavet devant le personnel de l'hôpital.

Source Wikipedia & l'encyclopédie Universalis